Toi, qui es dans la foule : agis !

image

Le jour se lève sur Jérusalem; certainement, la journée sera belle !
Mais ce n'est pas le moment de rêvasser, la fête de Pâques approche et il y a encore tant de choses à préparer.
Jérusalem, la ville sainte, grouille de monde, d'hommes, de femmes, d'enfants, d'objets divers et d'animaux.
Tous répondent à l'invitation du prophète Esaïe :
"Venez, montons à la montagne de Dieu, montons au temple, c'est de Jérusalem que vient la Parole".
La montagne est ce lieu où le ciel rencontre la terre, où Dieu rencontre l'homme.
Chacun, depuis le bout du monde s'est mis en marche, retrouvant le pas des générations passées. La Fête de Pâques, devenue fête du temple, va rassembler en son sein tous les enfants dispersés. On vient de partout, de nulle part, et la ville se gonfle pour accueillir en son corps maternel ceux qui ont soif et faim de Dieu.
Du plus petit au plus grand, chacun, malgré la fatigue, marche avec entrain avec, dans les yeux, le sourire du bonheur, avec, dans le coeur, l'attente d'un jour nouveau.
Chacun se pousse, chacun se presse. On est toujours pressé d'être libre. La vie est un long pèlerinage, pourvu qu'il ait un but et que cet objectif donne un sens à notre route.
Pour nous, la fête des Rameaux est l'ouverture du rideau, le dévoilement du dénouement.

C'est un jour entre deux aubes. Deux clartés, deux vies. C'est aussi, à l'évocation de la vie du Christ, la joie et la tristesse mêlées, l'obscurité et la lumière qui se rejoignent, l'espérance et la douleur qui se conjuguent à l'image de nos vies attendant quelque chose, attendant quelqu'un.
Nous aussi nous faisons partie de ce flot, de cette foule, de ces hommes, ces femmes, ces enfants qui avancent, recherchent, espèrent, rassemblés sur le chemin du Seigneur.

Toi qui es là dans la foule : regarde. Prends le temps de regarder qui est à tes côtés, qui marche avec toi, mets à profit ce temps pour lier connaissance, pour partager qui tu es, aiguise ton regard pour laisser monter en toi la clairvoyance.

Dieu vient, il se donne à voir
La lumière de sa face éclaire ta vie. Regarde Jésus, il s'avance vers toi, il ne cherche pas à t'éblouir, à t'en mettre plein la vue.
Il offre simplement au monde qui il est, et pour quoi il vient. La démarche de Jésus à notre encontre est claire, il souhaite nous rencontrer, nous connaître, dans un face à face intime et stimulant.

Toi qui es là dans la foule écoute, prends le temps d'écouter. Au milieu des clameurs, derrière les bruits et les rires, perçois la douce mélodie de l'essentiel :
"Le Seigneur en a besoin"
Ces quelques paroles sont les seules de l'événement qui nous rassemble. Jésus, serait-il devenu avare en paroles ? Non, mais sa parole a la force de la concentration, sa parole a la force de la conviction.
Pour dévoiler son projet de vie, Jésus se sert des choses simples, insignifiantes; il a besoin d'un âne, un âne, la monture des pères d'Israël.
Comme toute la foule rassemblée, Jésus s'inscrit ainsi dans l'histoire, dans l'histoire d'un peuple, mais il veut aussi s'inscrire dans notre histoire personnelle.
Dieu vient, il se donne à entendre, et il nous dit :
"Le Seigneur en a besoin"
C'est-à-dire "J'ai besoin de toi"
Y a-t-il invitation plus clair ? plus compréhensible ?
Ecoute Jésus.

Plus que tout diplôme, toute décoration, tout honneur, la demande que Jésus nous fait donne à nos vies une dignité, une saveur incomparable. Elle est pour nous source d'engagement, de service, de disponibilité.
Cet appel que le Christ nous lance, fait voler en éclats toutes les barrières relationnelles et économiques de notre société. Il n'y a plus de trop âgé, de trop jeune, trop qualifié ou pas diplômé (la liste pourrait être longue).
Finis les "trop" ou les "pas assez".
A la mesure du Christ, chacun est nécessaire et utile.

Toi qui es là dans la foule,
tu as regardé
tu as entendu
alors agis !

Dieu vient, il se donne à partager.
A l'image de ces hommes et de ces femmes, qui sur le passage du Christ déposaient leurs manteaux, tu peux toi aussi, dans l'esprit et par l'esprit du Christ, apporter ta part des choses :
Ouvrir des chemins de rencontre
Aplanir des sentiers de discorde
Favoriser des communautés de partage
Susciter des lieux de guérison où, tous ensemble, pèlerins d'hier et d'aujourd'hui, pourront unir leurs forces et leur voix en disant :
"Béni soit le Roi qui vient au Nom du Seigneur. Paix dans le ciel et gloire à Dieu"

Le jour s'était levé sur Jérusalem,
il se lève aujourd'hui sur nos vies.
Il nous reste un bout de chemin à faire,
mais, avec toi Seigneur,
Nous irons jusqu'au bout de la terre.

Amen.

Détails

Intervenants
Organiste
Anne Kaufmann
Musiciens
Chorale de la paroisse de Corcelles (Nicole Clavel) & Michèle Benoît, flûte traversière