Lève-toi, rayonne et rends gloire à Dieu !

image

Écouter le culte :

Chères sœurs et chers frères en Christ,

Quand j’étais petite, je me réveillais parfois le matin avec ces paroles en anglais, chantées à tue tête par mon cher papa :
« Rise and shine and give God the glory, glory… »
Cela voulait dire : « Lève-toi, brille et rend gloire à Dieu. »
C’était lumineux et joyeux, et les jours qui commençaient ainsi étaient tout aussi lumineux et joyeux.

En fait, ce n’est que dernièrement que j’ai réalisé que ce chant était tiré du prophète, qui nous fait tellement de bien ces temps-ci par ses paroles, ses encouragements et ses prophéties. Comment il s’appelle déjà ce prophète ?... (Esaïe).
A ce propos, il y a deux semaines exactement, nous avons joué notre saynète de Noël dans cette église d’Ecublens et c’est Aurélien qui avait très bien interprété le prophète Esaïe.

Je dis LE prophète Esaïe, mais en fait il n’y a pas eu qu’un seul prophète, mais au moins 3 prophètes Esaïe ! Il y a eu le premier Esaïe qui a vécu autour de 740 avant Jésus Christ et qui a entre autres annoncé la naissance de Jésus. C’est lui qui a été joué par notre Aurélien. Puis il y a eu le deuxième Esaïe, qui a prophétisé environ 200 ans plus tard, et enfin le troisième Esaïe qui a suivi. Et c’est de celui-là que nous avons entendu la merveilleuse prophétie tout à l’heure.

Alors, voici en bref l’histoire de ce 3ème prophète.
Dans les années 530 avant Jésus Christ, ce troisième Esaïe voit revenir à Jérusalem les captifs de Babylone, suite à une décision du roi perse Cyrus. Mais après l’enthousiasme du retour, c’est le découragement. Le partage des terres entre ceux qui sont restés et ceux qui sont partis soulève des difficultés. Les juifs n’arrivent pas à reconstruire les murailles de Jérusalem et le temple n’a toujours qu’un autel provisoire… l’autel, c’est l’endroit où l’on faisait les sacrifices.

Le prophète va donc encourager son peuple, en lui disant qu’après le sommeil viendra le réveil, après l’obscurité : la lumière et après la solitude : les retrouvailles. Tout est bon dans cette prophétie, aussi bien pour la Jérusalem d’autrefois que pour nous ce matin.
Comme disait le dromadaire Dédé dans la saynète de Noël, « ces paroles qui sont vieilles de plusieurs siècles, n’ont pas pris une seule ride, ni un seul cheveu blanc. Elles sont des paroles pour nous, elles nous parlent à nous, elles nous encouragent nous et elles nous aident à mieux vivre et à mieux aimer. » Fin de la réplique de Dédé.

Les cadeaux que le Seigneur promet à son peuple, sont donc aussi des cadeaux pour nous aujourd’hui ! Et le plus important est bien le cadeau de sa lumière, que nous allons ouvrir ensemble maintenant. Dieu nous offre sa lumière ! Quel cadeau merveilleux ! Ah oui, quel cadeau merveilleux, mais… elle me sert à quoi cette lumière de Dieu ???

Pour essayer de comprendre ce qu’est la lumière de Dieu et son importance pour nous, on va réfléchir à la lumière tout court, avec l’exemple du colin maillard. Les enfants vous y jouez encore et nous les adultes, on peut se souvenir de ces parties mémorables, où, les yeux obscurcis par un bandeau, on entendait autour de nous des petits rires, on sentait des gens qui nous touchaient, mais on n’avait absolument aucune idée dans quelle direction on allait et on tâtonnait dans le noir. Soit dit en passant, ce jeu vient d’un homme nommé Jean Colin Maillard, guerrier belge du Xème siècle. Pendant une bataille, il s’est malheureusement fait crever les yeux, mais il a continué de se battre en frappant au hasard autour de lui…

Ce jeu nous montre que quand on ne voit pas, on risque de se faire mal ou même de faire mal aux autres, comme Jean Colin Maillard qui continuait de se battre, sans rien y voir. C’est exactement la même chose dans notre cœur, quand on ne voit plus, quand on ne comprend plus, alors on a mal et on fait mal. Mais grâce à la lumière de Dieu, nous pouvons retrouver notre chemin et continuer à vivre. Nous pouvons voir clair malgré l’obscurité, qui vient parfois dans notre cœur.

Cette lumière nous permet de voir que nous ne sommes pas tout seuls, même dans les pires moments. Avec Sa lumière, nous ne sommes plus aveugles, mais clairvoyants, c’est-à-dire des gens qui voient clair. Nous devenons lucides : lucide, c’est un mot tiré de la racine latine « lux », qui veut dire lumière. Nous pouvons comprendre ce qui se passe autour de nous et en nous.

« Lève les yeux », nous dit le prophète, « regarde, alors tu verras. »
On pourrait dire aussi : « Lève les yeux vers Dieu, regarde avec sa lumière, alors tu comprendras. » Cette lumière de Dieu est donc très importante.

On en parle déjà au 3ème verset de la Bible, dans le livre de la Genèse, car c’est la première chose que Dieu a fabriquée. Dieu dit : « Que la lumière brille et la lumière se met à briller. Dieu voit que la lumière est une bonne chose. » On la retrouve aussi au dernier chapitre de la Bible, dans l’Apocalypse : « Il n’y aura plus de nuit, personne n’aura besoin de la lumière d’une lampe, ni de la lumière du soleil. En effet le Seigneur Dieu répandra sa lumière sur ses serviteurs, et ils seront rois pour toujours. »

Mais ce qu’il faut dire maintenant et sans plus tarder, c’est que cette lumière, elle n’est pas restée comme ça à briller dans le vide, non, à un moment donné, elle a pris la forme d’un enfant, l’enfant qui est venu à Noël.
L’enfant de la crèche et l’homme de la croix, puis du tombeau vide, une seule et même personne, qui s’appelle comment déjà ? … (Il s’appelle Jésus).
C’est Jean qui nous parle de Lui, tout au début de son Evangile, quand il dit : « Jésus est la vraie lumière, qui, en venant dans le monde illumine tout homme. »

Avec Jésus, qui a donné sa vie pour nous, c’est plus facile de comprendre et d’accepter dans notre cœur la lumière de Dieu. Jésus, en plus, nous aide à devenir des lumières, à notre tour aussi. « Vous êtes la lumière du monde », nous dit-Il. « Votre lumière doit briller devant tout le monde ».

Waow, ça donne envie, vous ne trouvez pas ? Lève-toi, brille et rend gloire à Dieu !

Il y en a eu 3 qui se sont aussi levés, qui ont aussi brillé et qui ont aussi rendu gloire à Dieu. Ils sont venus de très loin, à dos de dromadaire, c’était les … ? (mages).
Les mages passaient leur vie à lever les yeux, à regarder et à voir. Ils examinaient le ciel sous toutes ses coutures avec leurs télescopes. Dans leur histoire, que nous venons d’entendre, ils continuent à beaucoup utiliser leurs yeux.

Arrivés devant le roi Hérode, ils lui disent : « nous avons vu se lever l’étoile du roi des Juifs. » Plus loin dans le texte, l’étoile qu’ils avaient vue se lever, allait devant eux. Puis, quand ils voient l’étoile, ils ressentent une très grande joie. Et enfin, quand ils entrent dans la maison, ils voient l’enfant avec Marie sa mère.

Les mages non seulement voient, mais ils voient clairs, ils sont lucides, ils comprennent que la lumière de l’étoile les a conduits vers la lumière du monde, qui est Jésus Christ.
Ils ont vu clair avec les yeux de leurs cœurs.

Alors chers amis, ce que je nous souhaite pour cette nouvelle année, c’est de devenir comme les mages. Ils ont tout fait pour trouver Jésus. Ils se sont mis à genoux devant Lui et l’ont adoré. Puis, ils ont ouvert leurs bagages et Lui ont offert de l’or, de l’encens et de la myrrhe. Oui, devenons comme les mages. Et si le courage des mages vient parfois à manquer, tout au long de cette année, alors chantons à tue-tête comme mon cher papa autrefois : « Rise, and shine and give God the glory glory… »

Que cette année 2014 soit donc une année de Grâce pour nous tous, une année pour recevoir la lumière de Jésus Christ et pour en rayonner pleinement.

Amen!

« Rise and shine and give God the glory», « Lève-toi, rayonne et rends gloire à Dieu ». Ce cantique anglais, qui reprend les paroles du prophète Esaïe, résume notre vocation de chrétien dans le monde. C’est ce qu’ont fait aussi il y a bien longtemps trois mages qui ont suivi l’étoile levée à l’Est.Chaque premier dimanche du mois est une redécouverte du culte dans la paroisse d'Ecublens et Saint-Sulpice, culte conçu pour tous les âges.

Détails

Intervenants
Vincent Guyaz et Laurence Wasem
Organiste
Ezko Kikoutchi
Musiciens